Bien se nourrir pendant 9 mois : la règle de 3

Nutrition

Nutrition

Conseils d’experts

Bien se nourrir pendant 9 mois : la règle de 3

Pendant neuf mois, votre alimentation va être la clé de votre santé et du bon développement de votre bébé. Indispensable donc d’être particulièrement attentive à votre assiette. Rien de très compliqué à inscrire au menu : juste 3 règles de base... à bien assimiler.

REGLE N°1
Des repas sains, équilibrés

Afin d’éviter les carences pour vous et votre bébé et aborder l’accouchement sans être épuisée, vous devez veiller à bien vous alimenter. Si vous avez l’habitude de manger de tout en quantité raisonnable, inutile de vraiment modifier vos repas ; vous savez déjà ce que signifient des repas sains et équilibrés ! Si vous préférez les sous-marins aux haricots verts, il va falloir réviser plus amplement votre régime alimentaire et mettre l’accent sur :

Les fruits et légumes : Prenez toujours soin de d’abord les laver très soigneusement, de les éplucher et de consciencieusement vous laver ensuite les mains pour limiter le risque d’infections alimentaires (toxoplasmose, listériose).

Les protéines de qualité: garantes du bon fonctionnement musculaire, les protéines dites de haute qualité biologique (viandes et poissons) sont indispensables chaque jour.

Les bons glucides : privilégiez les sucres lents qui fournissent l’énergie sans provoquer une hausse soudaine de la glycémie. Au pain de mie industriel, préférez le pain aux céréales du boulanger ;  à la purée de pomme de terre en flocons, préférez les pommes de terre entières, les lentilles ou les pâtes de grains entiers ; aux bonbons, préférez plutôt le chocolat noir, de surcroît source de magnésium. Mais ne perdez jamais de vue de vous faire plaisir !

Les bons lipides : ils participent à la fabrication des membranes cellulaires et à la construction du système nerveux. Notamment les fameux oméga-3, acides gras essentiels que l’organisme ne sait pas fabriquer, à piocher dans l’huile de colza ou les poissons gras (saumon, hareng...)

Les produits laitiers : source de calcium donc indispensables à la formation du squelette, il faut idéalement en consommer 2 à 3 par jour.

De l’eau : nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme, les besoins augmentent avec l’activité. Boire au moins 1,5l par jour est fortement recommandé. Surveillez vos urines pour vérifier que votre hydratation est suffisante : si elles sont claires, tout va bien. Sinon, buvez encore un peu. De préférence de l’eau de source ou minérale, riche en calcium et magnésium.

Règle n°2
Limiter la prise de poids

Manger pour deux est une notion qui appartient résolument au passé ! Même si votre besoin en calories est désormais un peu supérieur, votre organisme est programmé pour faire face à cette demande. Sans pour autant vous priver, il est souhaitable de ne pas vous laisser déborder par une prise de poids excessive, aussi bien pour vous que pour votre bébé.

Faire au moins 3 repas par jour : sauter un repas ne fait que pousser l’organisme à emmagasiner davantage au repas suivant, « au cas où ». Il faut au contraire faire 3 repas par jour ou, en cas de nausées, fractionner son alimentation en 5 collations équilibrées.

Prendre le temps de savourer : 20 minutes à accorder à son repas (en s’attablant dans le calme et en mâchant bien) c’est le minimum pour déclencher le signal de satiété qui évite de manger plus que nécessaire.

Prévoir des « SOS fringales » : fruit, yogourt, tomates cerises, framboise... ayez toujours à portée de main de quoi éviter de manger tout un paquet de gâteaux.

Chasser les sucres et graisses cachés : ils se nichent volontiers dans les charcuteries, pâtisseries sous vide, plats industriels et sur l’étiquette se reconnaissent à l’appellation sucres simples ou graisses saturées... Une bonne raison de redécouvrir le plaisir et les bienfaits de la cuisine-maison.

Règle n°3
Eviter aliments et conduites à risque

Pendant la grossesse, l’alcool est formellement interdit mais ce n’est pas le seul risque « alimentaire ». Il  est aussi impératif de multiplier les précautions d’hygiène à la cuisine et de se méfier de certains aliments susceptibles d’abriter des germes nocifs pour le fœtus.

Oublier... les viandes froides de charcuteries non séchées et pâtés à tartiner réfrigérés, les spécialités au lait cru, les fromages frais de style hispanique ou à pâte molle susceptibles d’abriter la listéria.

Laver et éplucher soigneusement... fruits et légumes consommés crus, pour écarter tout risque de listériose et de toxoplasmose. Hors de la maison, mieux vaut les éviter.

Bien cuire...la viande qui, crue ou mal cuite est l’un des principaux vecteur de toxoplasmose. Mieux vaut également éviter les fruits de mer et poissons crus, fumés et réfrigérés. Et ne pas consommer de plats dont la préparation inclut des œufs crus, possiblement porteurs de salmonella.

Avoir une hygiène irréprochable...en se lavant les mains après avoir manipulé des aliments pour éviter une potentielle contamination, en nettoyant bien planches et couteaux ayant servis à découper des aliments crus. Sans oublier qu’un réfrigérateur se nettoie régulièrement à l’eau de Javel.

 

SUR LE MÊME THEME

Les œufs, c’est bon, mais sous conditions
Les œufs, c’est bon, mais sous conditions

On dit que les femmes enceintes devraient boycotter les œufs de leur assiette. C’est faux. A condition toutefois de prendre quelques précautions.

Envoyer par Email